« Révolutions »

Dominique Fortier, Nicolas Dickner Éditions Alto Parution 16 septembre 2014 Les révolutionnaires français ne se contentèrent pas de guillotiner le roi, de prendre la Bastille et de raccourcir bonne quantité d’aristocrates : ils renversèrent aussi le calendrier, créant douze nouveaux mois, tous égaux, dont les noms étaient censés évoquer les divers moments de l’année : vendémiaire, pluviôse, germinal. On y voit des journées dédiées à des vertus particulières, placées chaque jour de l’année sous les auspices d’une plante, d’un animal ou d’un outil censés incarner et exalter les vertus républicaines. Ce qui donne un tour de l’an complet : une révolution. Le calendrier révolutionnaire utilisé de 1793 à 1806 semble ainsi procéder à la fois de l’herbier, du bestiaire et de l’encyclopédie. Deux cent vingt et un ans plus tard, deux citoyens curieux, Dominique Fortier et Nicolas Dickner, auteurs talentueux, ont chargé un certain Reginald Jeeves, ingénieux majordome informatique, de leur envoyer quotidiennement le mot du jour qu’ils revisiteraient jusqu’à combler les 365 cases du calendrier.